Blandicia & Nikoleos' Blog

"La corde à trois brins ne rompt pas facilement" Eccl 4:12

Parentalité bienveillante, éducation non-violente et foi chrétienne 9 décembre 2015

Article sur le sujet de l’éducation dans la bienveillance et surtout l’éducation et la communication non violente, la discipline juste dans la bonté et la fermeté en équilibre, pleine de respect réciproque et familial, agrémentée de douceur pour une ambiance davantage sereine.

Une question:
Comment était et agissait Jésus ?
Il était, est, et sera « le Lion et l’Agneau » donc la fermeté et la bonté, aussi la douceur.

Jésus l’Agneau de Dieu:
Apocalypse 5:7 (PDV) :L’Agneau s’avance, il vient prendre le livre dans la main droite de celui qui est assis sur le siège royal.
Matthieu 11, 25 : « Prenez sur vous mon joug, et laissez-moi vous instruire, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos pour vous-mêmes. »

Quelques versets bibliques sur l’éducation:

Ephésiens 6, 4 : » Et vous, pères, ne provoquez pas vos enfants, mais élevez-les dans la discipline et sous les avertissements du Seigneur. » (version darby)
(version darby)

ou encore « Et vous pères, n’irritez point vos enfants, mais nourrissez-les sous la discipline, et en leur donnant les instructions du Seigneur. » (version Martin)

proverbes 1, 26-27 : » »Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue. Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse. » »

colossiens 3, 21 : « Pères, n’irritez pas vos enfants, de peur qu’ils ne se découragent. » (version darby)

colossiens 3, 23: « Quoi que vous fassiez, faites-le de coeur, comme pour le Seigneur et non pour les hommes »

Proverbe 31, 26-27 : « Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue. Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse. »

Colossiens 3, 21: « Pères, n’irritez pas vos enfants, afin qu’ils ne se découragent pas. »

Jacques, 3, 17 : « Mais la sagesse d’en haut est pure, tout d’abord; ensuite, elle est pacifique, douce et raisonnable; elle est riche en bonté et en actions bonnes; elle est sans parti pris et sans hypocrisie. »

Deutéronome 11,18-21: « Mettez dans votre coeur et dans votre âme ces paroles que je vous dis. Vous les lierez comme un signe sur vos mains, et elles seront comme des fronteaux entre vos yeux. Vous les enseignerez à vos enfants, et vous leur en parlerez quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes. Et alors vos jours et les jours de vos enfants, dans le pays que l’Eternel a juré à vos pères de leur donner, seront aussi nombreux que les jours des cieux le seront au-dessus de la terre.

Matthieu 25, 40: « Et le roi leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. »

Galates 5, 22:  » Mais le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, l’amabilité, la bonté, la fidélité, 23 la douceur, la maîtrise de soi. La Loi ne condamne certes pas de telles choses. » version semeur)

Non-violence, et bienveillance:
Par conséquent pas de châtiments corporels, pas de fessées et claques. Mieux vaut dire à un enfant quand il fait une bêtise, une faute, de demander pardon, de montrer comment faire ou qu’il cherche comment réparer quand c’est faisable. Le discipliner dans la paix en faisant une remontrance juste et réfléchie, et de manière non violente mais sereine. Toujours montrer un amour familial et sain inconditionnel est primordial. Et parler le langage d’amour principal de manière saine (ainsi que les autres aspects) de l’enfant est important, même essentiel pour un développement serein.

En effet, la liberté s’apprend en ayant des interdits, des limites , avoir une liberté saine dans un cadre.
Dire stop plutot que non autant de fois que nécessaire, être clair dans nos paroles avec des phrases courtes, éviter l’usage de verbes à l’impératif.
Fixer les limites comme dit le dicton où notre liberté s’arrête là où commence celle des autres. On peut parler de manière autoritaire, sans user d’autaritarisme, on peut parler de manière ferme, sans hurler, sans crier. La vrai liberté est faite de règles, la vrai liberté s’établit dans un cadre remplit d’écoute, dans l’amour, d’empathie (compréhension de l’enfant de ses besoins et ses émotions).

Obéissance?

Ephésiens 6, 1-3: « Enfants, obéissez à vos parents dans le Seigneur, car cela est juste. « Honore ton père et ta mère », (c’est le premier commandement avec promesse,) « afin que tu prospères et que tu vives longtemps sur la terre ». »

Ici le mot obéir vient du grec « Hupakouo [hoop-ak-oo’-o] » (signifiant écouter, prêter l’oreille et être attentif à un ordre.
Lui même Hupakouo tiré des mots Hupo [hoop-o’] qui signifie « Par et sous  » et Akouo [ak-oo’-o] qui sgnifie « Ecouter » plus précisément:
être doté de la faculté d’Entendre, non sourd
Entendre
Considérer ce qui est ou a été dit
Comprendre, percevoir le sens de ce qui est dit
Entendre quelque chose
Percevoir par l’oreille ce qui est annoncé devant nous
Apprendre par l’écoute
Quelque chose qui parvient à nos oreilles
Prêter l’oreille à un enseignant
Comprendre, assimiler

Donc en bref, au final dans le sens originel du terme, les synonymes du verbe écouter sont plus nombreux que celui d’obéir.  Ils’agit donc essentiellement de faire preuve d’écoute et de coopération.
Et si on veut vraiment cherche la signification du mot obéir, induisant donc la soumission; il faut savoir qu’en grec, en dehors d’un sens militaire, (ce qui est ici le cas car n’est pas un contexte miliaire mais social), n’est pas l’obéissance sous l’autoritarisme mais plutôt la soumission par coopération.
Pour information « se soumettre » vient du grec « Hupotasso » qui signifie:
Disposer sous, subordonner
Soumettre, mettre en soumission
Se soumettre, obéir à
Se soumettre au contrôle de quelqu’un
Céder à un avertissement ou un conseil
Obéir, être soumis, assujetti un terme militaire Grec du sens de : « placer (des divisions de troupes) d’une manière militaire, sous le commandement d’un chef ». Dans un sens non militaire, il y a « une attitude volontaire de donner, de coopérer, d’assumer des responsabilités, de porter une charge »

Comment éviter les caprices du tout petit enfant ?
il est à noter que souvent de 0 à 3ans environ avant il s’agit d’un besoin et non d’un caprice mais l’adulte l’interprete souvent mal… Après 3ans c’est souvent encore l’adulte qui interprete mal un élement, o…
Quand on dit non, pourquoi vouloir absolument arrêter son caprice, le tout petit enfant ne sait pas encore exprimer correctement ses émotions, il s’exprime en faisant le « caprice » il peut le continuer seul, le mieux étant accompagné, ou en calin dans les bras, avec doudou si besoin, ainsi il « videra son sac » puis sera plus détendu.
Eviter les éducolorant colorants et autres dans l’alimentation c’est une meilleure santé physique et émotionnelle pour l’enfant; Eviter l’exposition aux écrans et éviter les films, éviter l’exposition aux ondes.
Repérer les besoins: l’enfant fait un caprice : a-t’il soif, faim, besoin d’un câlin, a-t’il était surmené, manque t’il de sommeil, a t’il besoin d’une sieste, d’être porté, essaie t’il d’attirer l’attention ? A t’on respecter les « périodes sensibles montessori »? a-ton créer un environnement adapté ? etc

Pour nous adultes, lorsque nous faisons une bêtise, une erreur (et on en fait tous !) y a t’il quelqu’un  qui nous donne des claques?! Alors pourquoi on donner ? les enfants sont les biens les plus précieux, innocents, vulnérables, il faut les protéger et les éduquer, pas les dresser ou les humilier!

il y a plusieurs  moyens pour favoriser la communication non violente:
– donner un choix à l’enfant
– la demande de pardon
– réparer la bêtise, ou aider à réparer
– chercher un verset dans la Bible
– parler du sujet dans la paix
– prier avec l’enfant pour telle situation, conflit, communication ect
– l’avertissement si telle bêtise, telle discipline en dernier recours
– réfléchir s’il y a eu un élément déclencheur (école, probleme, soif, faim, fièvre, malentendu, etc…)
– respecter les périodes sensibles (découvertes par Montessori, il y en a de 0 à 6ans, de 6 à 9ans, de 9 à 12ans, de 12 à 15ans, et de 15 à 18ans essentiellement. voir en fin de page pour plus d’infos.Chercher des causes au problème, essayer de comprendre. Comprendre ce n’est pas tolérer ou approuver mais essayer de comprendre peut permette d’éviter les situations problématiques et faire avancer dans le droit chemin en lui expliquant le bien selon les commandements de Jésus et la vie familiale et en société.
– Lui apprendre les bonnes manières et le respect d’autrui, et aussi les commandements de Christ en étant déjà nous même des modèles. Pour cela méditons la Parole de Dieu et mettons-là en pratique.
– Isoler ? L’isolement près des parents, pour permettre un temps de réflexion sur la situation pourquoi pas, mais pour dire « je te laisse seul les cris sont insupportables» ce n’est pas la solution en laquelle nous croyons. La réflexion peut se faire seul ou accompagné, il peut rechercher dans le Nouveau Testament des passages clés, dans un dictionnaire la définition de mots tels que « aimer, pardonner, réparer, etc), lire un mini livre approprié sur l’importance du pardon, de l’amour, etc,
et aussi : selon un livre sur la communication non violente, pas plus d’un minute par age de l’enfant environ, et retenir que avant 6 ans pas de notion de la durée du temps. Et surtout si isolement c’est dans une pièce où il y a les parents toujours dans la bienveillance et un grand respect envers l’enfant! Jamais ‘enfermement c’est traumatisant et ça provoque de claustrophobie à l’age adulte pouvant parfois même nuire à des examens médicaux (irm etc) .

– faire des phrases courtes et précises
– pour les petits privilégier le mot « stop » à « non ». L’intonation est différente on prévient au lieu de gronder, le visage est serein et ferme mais pas méchant
– éviter d’utilisation la négation chez un tout petit (moins de 3ans le cerveau ne peut comprendre la négation) par exemple dire « tiens moi la main » putot que « ne lache pas la main ».
– Cultiver l’humilité (parfois le parent qui a tord et devrait reconnaitre son erreur, demander pardon)
l’exemple est un apprentissage quotidien oh combien enrichissant! L’enfant prend le et les parents pour modèle.
– faire attention de toujours informer le conjoint de l’évènement problématique qu’il y a eu et de la discipline choisit ou à choisir pour l’enfant à cette circonstance, cela afin d’être en total accord. Un enfant qui voit que papa et maman disent la même chose, comprend vite qu’il ne peut pas faire diversion/division sur le sujet, il réalise qu’il y a une bonne communication et que c’est pour l’équilibre; cela est important pour le bien être de la famille.
-lui faire connaitre sa valeur à nos yeux ;
– Pas de châtiments corporels ou propos dévalorisants:
– Pas de terme négatif et péjoratifs
– Parler, ne pas crier.
– Lui expliquer que si on dit non c’est parce qu’on l’aime, puisque ne peut pas dire oui à tout et n’importe quoi.
– L’écouter, il a des choses à nous dire on peut l’écouter c’est essentiel pour un parent d’être à l’écoute de son enfant,, encore plus en situation de « crise ».
– Etablir une liste des règles à respecter avec des pictogrammes. le faire particper à l’élaboration des r-gles et/ou consignes.
– Ne pas donner de fessées ou de claques. Ca ne lui enseigne pas l’obéissance. En effet, qu’est  ce qui apprend mieux à un enfant dans la situation ci contre ?   « ne casse pas le joue de ton frère » : donner une fessée et dire « va dans ta chambre », ou lui dire de remplacer le jouet de son frère en donnant un des siens ou lui racheter et lui faire savoir l’importance du pardon, de la valeur des choses.
– responsabiliser au fur et mesure de l’âge et de la maturité de l’enfant du tout petit et jusqu’à l’adolescence la responsabilisation sera différente (évoluant du simple au complexe): « ton geste lui a fait mal, que peux tu faire pour réparer? »

dire des émotions, établir des routines:
– imagier des émotions,
– roue des émotions (il y en a à fabriquer ou à acheter en kit, en fonction de l’âge)
– des affiches des routines (matin midi soir toilette etc)
– bouteille de retour au calme
– semainier des activités
– emploi du temps avec images
– fiche détaillant les éléments clés principaux des bêtises/erreur et leur discipline
– affiches de dessins sains (ne pas… faire ceci ou cela)
-…

Dans cette optique la vison de l’éducation change, elle se fait non violente, respectueuse, elle apprend à choisir le bien plutôt que mal  et  cela par l’amour, elle apprend à responsabiliser (tout acte mauvais à des conséquences néfastes choisissons donc le bien) en considérant la valeur de chacun, elle apprend à se respecter entre parents (pas de désaccord car accords pré-établis, et s’il y a il besoin de relever d’autres points ils sont résolus dans la paix et la sagesse, elle apprend à se respecter entre enfant, ( on se réconcilie), entre apprend à mieux se respecter entre parents et enfants. N’oublions pas nous sommes deux à concevoir un enfant (le père et la mère), et nous sommes deux (le père et la mère) à éduquer.
La fessée et la violence verbale ou physique apprennent la domination et n’apprennent pas la responsabilisation… elles induisent un comportement soit violent soit passif, peu de compassion…
On récolte ce que l’on sème.

Des pistes de paroles avec respect pour amener sur une bonne voie :
– comprendre l’émotion (l’emotion est compréhensible mais pas toujours le comportement, car savoir dire une emotion permet ensuite de l’expriler de manière saine et appropriée sans causer du tord à soi même ou aux autres
– dire « tu as mal agis » (plutot que t’es pas gentil), on ne doit pas dire ou faire cela etc…
– dire « comporte toi bien » (plutot que dire « sois sage »)
– dire « ce comportement n’est pas bien » plutot que « t’es méchant »
– dire « reste calme » plutot que « arrete de crier »)
– dire « mieux vaut réparer ton erreur autant que c’est possible » plutot que « tu fais que des betises »
– dire nous allons trouver une solution, veux tu chercher seul la solution, as tu besoin d’aide ? »
– dire « tu vas trouver la bonne solution pour remédier au problème car tu en as la capacité. Si tu as besoin d’aide on est là »
– dire « tu vas pouvoir faire face à ce différent »
– « tu devrais pardonner, c’est bon aussi pour toi car le pardon libère toi et les situations, on peut prier pour cela »
– montrer l’exemple en tant que parents! demander pardon devant les enfants (sans forcément entrer dans les détails)
-…

Des idées d’activités à réaliser en famille pour la communication non violente:
fabriquer une bouteille de retour au calme
un imagier ou roue des émotions
la langue des signes
jouer à la pate à modeler (ça aider à canaliser et évacuer les émotions sans les faire criser, semblable au balles dites « anti stress »
jouer avec des figurines, playmobils etc pour parler des émotions, des problemes, des situations etc dans la paix
Jouer à cache cache dans un endroit de la maison, bien sécurisé et sous surveillance
Lire, faire du coloriage, du tricot ou du crochet en famille! lire ça détend et il y a des supports pour tous les âges et niveaux

Une optique biblique:

Jésus depuis la Nouvelle Alliance qu’il est venu établir, nous enseigne l’amour, le pardon, la paix, la grâce.
La seule fois où on voit Jésus frappant, c’était avec un fouet, non pas pour frapper les gens, mais pour renverser les stands des marchands dans le temple (temple qui est sacré) de plus les marchands volaient les clients et vendaient des bêtes à défauts alors que les bêtes (colombes, etc) devaient être sans défaut pour les sacrifices au temple. Jésus n’a jamais était violent, c’était Dieu fait homme, doux et ferme, riche en bonté.Jésus, est si doux et humble.
Franchement, répondons à cette question: est ce que Jésus à frappé une personne, un petit enfant? NON! Alors si nous prenons Jésus comme modèle nous devons le prendre entièrement et pas seulement qu’une part, donc ne pas frapper.

Discipliner oui mais dans l’amour. Lors d’une réunion organisée par le réseau apostolique News frontiers (anglophone) il y avait un thème sur l’éducation parentale. Nous avons  appris alors qu’en anglais le terme punition existe que pour les affaires juridiques. Au quotidien c’est « to discipline », discipliner,  pour reprendre  quand on fait une erreur. En anglais « to punish » est utilisé dans le cadre de condamnations judiciaires…
Utiliser l’expression « je te punis » c’est diminuer l’enfant, voire lui porter une condamnation (alors que l’enfant vient d’une partie de soi même et notre conjoint ne l’oublions pas), tandis que dire « tu vas avoir une discipline » (c’est dans l’optique d’apporter quelque chose de meilleur pour le bien être de l’enfant, son savoir vivre et son savoir être) n’est pas condamnant mais valorisant.

La discipline : Dans éphésiens 6, 4 , « corriger » utilisé dans de nombreuses traductions, comporte les notions « d’enseigner, d’instruire moralement, d’exercer la discipline, de donner une remontrance, un avertissement.
Par ailleurs, dans proverbes 13, 24, le bâton mentionné qui n’est pas un réel bâton pour frapper mais est une houlette (instrument de berger) pour guider sur une voie ou empêcher ou du moins éviter l’égarement).
Dans la Bible, à part dans les livres des Proverbes  et Deutéronome, il n’est pas question de châtiments corporels. Mais c’était sous l’ancienne alliance, avec le talmud et la loi du talion… loi de vengeance et non de pardon, loi de condamnation et non de grâce… Cela fait réfléchir….
Nous préférons le version darby , à savoir en éphesiens 6, 4 Et vous, pères, ne provoquez pas vos enfants, mais élevez-les dans la discipline et sous les avertissements du Seigneur. » (version darby)

pour aller plus loin

livre « l’arrivée des enfants et comment garder une vie de couple épanouie ». de l’auteur Gary chapman
téléchargement

livre « aimer nos enfants intentionnellement: communication non violente pour une relation de coeur à coeur » de danny silk (chrétien et pasteur des familles à bethel-church). un livre pour comprendre certains fonctionnement de l’enfant (de bébé à adolescent), la responsabilité, la coopération, l’écoute, le partage équitable, la confiance, le coeur à coeur, contre le fait de dominer car dans le royaume de Dieu il n’a pas de dominant-dominé!.
51Jed9YqHvL._SX353_BO1,204,203,200_

 

Pour une enfance heureuse, de Catherine Gueguen
un livre sur le fonctionnement et le  développement cérébral de l’enfant , les conséquences des VEO (violence educatives ordinaires) sur les enfants et leur retentissement sur la vie d’adulte s’en suivant. Un livre encourageant l’empathie, la sympathie, le respect et la bienveillance

.téléchargement

 

livre « j’ai tout essayé » de isabelle filliozat
telechargement-3

Livre « l’enfant » de maria montessori
telechargement

livre « l’enfant dans la famille » de maria montessori
telechargement-2

livre « allaitement portage et compagnie, un point de vue biblique sur le sujet: http://heureusemaman.over-blog.fr/article-un-livre-sur-l-allaitement-du-poin-de-vue-biblique-115373421.htmlproduct_thumbnail-1

52 méditations à destinations des mères: http://heureusemaman.over-blog.fr/article-52-meditations-et-autres-reflexions-a-destination-des-meres-114311400.html
product_thumbnail
amour et « punition » :
http://www.topchretien.com/topfamille/view/12979/amour-et-punition.html
Une punition doit être un acte d’amour envers l’enfant, elle ne doit pas l’humilier, le rabaisser, lui faire honte, sinon elle n’atteindra pas son but.

obéissance : http://heureusemaman.over-blog.fr/article-comment-travailler-le-coeur-de-l-enfant-pour-former-en-lui-un-coeur-obeissant-2eme-partie-71002991.html

http://www.topchretien.com/topmessages/view/2671/education-parentale.html

des fiches outils : http://www.parentalite-bienveillante.com/

les pleurs de bébé un appel, un langage, une moyen de communication: http://heureusemaman.over-blog.fr/article-les-pleurs-de-bebe-39365211.html

tétées nocturnes : http://heureusemaman.over-blog.fr/article-article-scanne-tetees-nocturnes-et-sommeil-maternel-73634496.html

instinct maternel : http://heureusemaman.over-blog.fr/article-l-instinct-maternel-existe-t-il-vraiment-62604705.html

les punitions: http://www.famille-epanouie.fr/punitions/

un article complémentaire (certes sur l’école à la maison mais certaines bases s’appliquent à la vie quotidienne) :
http://l-ecole-a-la-maison.com/vos-attitudes-en-cours/#.U2U-NPl_tv4

Articles connexes:
femme épouse et mère : https://nikoleos.wordpress.com/2016/03/09/femme-epouse-et-mere-honorant-dieu/
élever sa famille dans les voies du Seigneur: https://nikoleos.wordpress.com/2016/04/30/elever-sa-famille-dans-les-voies-du-seigneur/

Publicités
 

2 Responses to “Parentalité bienveillante, éducation non-violente et foi chrétienne”

  1. […] Des astuces pour pratiquer la bienveillance et la CNV  […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s